Présentation

Dans un livre paru il y a dix ans [1], Brian Hayden suggérait la possibilité que tout ou partie des populations du Paléolithique supérieur eurasiatique aient vécu dans des sociétés marquées par des inégalités de richesse. Récemment, une hypothèse convergente a été avancée [2], selon laquelle le savoir-faire exceptionnel des peintres de Lascaux ou de Chauvet ne pourrait s’expliquer que par un apprentissage de longue durée impliquant déjà une forme de division sociale du travail inconnue dans les sociétés économiquement égalitaires.

L'ethnologie a depuis longtemps établi l’existence de chasseurs-cueilleurs présentant des disparités socio-économiques importantes et pouvant être qualifiés de ploutocraties [3]. Cette configuration s’oppose néanmoins au modèle social traditionnellement attribué aux peuples du Paléolithique supérieur. Pour l’archéologie, en effet, les inégalités de richesse ne seraient apparues en Europe que comme une conséquence progressive et plus ou moins lointaine des innovations liées au Néolithique.

Depuis longtemps pourtant, divers indices tels les tombes richement dotées de Sungir ou les cabanes en os de mammouth du pavlovien ont intrigué les chercheurs. Ces dernières années, d’autres éléments potentiellement contradictoires avec le modèle égalitaire semblent s’être accumulés, soit par des découvertes nouvelles, soit par le réexamen d’un matériel déjà connu. 

S’il n’est vraisemblablement pas possible en l’état de trancher pour l’une ou l’autre hypothèse, il nous est apparu urgent de procéder à un inventaire critique des données archéologiques (habitats, sépultures, productions techniques et symboliques…) susceptibles d’éclairer cette problématique majeure de l’évolution sociale. C’est tout le sens de cette table ronde qui se propose de réunir des spécialistes reconnus afin de dresser un état des lieux des connaissances, d’en évaluer la pertinence et, dans la mesure du possible, d’envisager de nouvelles pistes d’investigation.

Références :

[1] Hayden B., L’Homme et l’inégalité, l’origine de la hiérarchie à la préhistoire, Cnrs édition, 2008.

[2] Guy E., Ce que l’art préhistorique dit de nos origines, Flammarion, 2017.

[3] Testart A., Les chasseurs-cueilleurs ou l’origine des inégalités, Société d’ethnographie, 1982.

Appel à contributions

Les personnes souhaitant intervenir lors du colloque « Une aristocratie à l’âge de pierre » sont priées d'envoyer avant le 31 mai 2019 un titre et un résumé (environ 200 à 300 mots) de leur proposition à l’adresse paleo.inegalites@gmail.com

Le comité scientifique privilégiera les contributions susceptibles d’éclairer directement la question posée, que ce soit d’un point de vue archéologique ou ethnologique. Il donnera la préférence à des apports synthétiques, couvrant une vaste période ou zone géographique, ou traitant une question méthodologique générale, plutôt qu’à des monographies trop restreintes.